S'abonner au flux rss de l'AFPric
newsletter agir quand on a une polyarthrite Les archives des NewsLetters
Accès aux extraits des newsletters :
• NewsLetter n°1 : L'alimentation
• NewsLetter n°2 : Les traitements
• NewsLetter n°3 : Les droits des patients
• NewsLetter n°4 : Causes et origines
• NewsLetter n°5 : Les vacances
• NewsLetter n°6 : Le coeur
• NewsLetter n°7 : L'activité physique
• NewsLetter n°8 : La douleur
• NewsLetter n°9 : Les examens de suivi de la polyarthrite
• La newsletter N°10 est un questionnaire de sondage
• NewsLetter n°11 : L'hygiène de vie
• NewsLetter n°12 : Ménager ses articulations
• NewsLetter n°13 : Les interactions médicamenteuses
• NewsLetter n°14 : L'entourage
• NewsLetter n°15 : La chirurgie
• NewsLetter n°16 : Polyarthrite et fatigue
• NewsLetter n°17 : Génétique, maladies auto-immunes et polyarthrite
• NewsLetter n°18 : Facteurs de risques

Pour consulter le contenu complet des newsletters inscrivez-vous !(retour à la page d'inscription)
afp puceRetour au site de l'AFPric : polyarthrite.org

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°1 : L'alimentation :
Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde s’interrogent à juste titre sur les liens pouvant exister entre leur maladie et l’alimentation et sur la possibilité d’une véritable action thérapeutique de la diététique.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°2 : Les traitements :
La polyarthrite rhumatoïde est une maladie d’origine encore inconnue mais qui comporte des éléments auto-immuns (présence d’auto-anticorps) ; les médicaments pour la traiter seront donc des médicaments qui modulent l’immunité. On les appelle aussi les traitements de fond : ils agissent sur la cause des symptômes.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°3 : Les droits des patients :
Être atteint d’une maladie chronique telle que la polyarthrite rhumatoïde, « plonge » le malade dans un monde souvent inconnu : celui du système de santé, avec ses règles, ses contraintes, ses acteurs… qu’il va découvrir en même temps qu’il va devoir apprendre à prendre en charge et vivre avec sa maladie.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°4 : Causes et origines :
Pourquoi moi ?
Lequel d’entre nous ne s’est pas posé cette question à l’annonce du diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde.
La question est simple mais la réponse beaucoup plus complexe.
On parle de génétique alors que souvent le reste de la famille
n’est pas atteint ; on parle de facteurs environnementaux mais on ne les a pas encore identifiés…
Que sait-on des origines de cette maladie ?
Quelle est la part de la génétique ?
Quels sont les risques pour mes enfants ?

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°5 : Les vacances :
Quelles que soient la destination et la durée du voyage, il est important de bien préparer ses vacances. Pour beaucoup d’entre nous, la maladie ne limite que peu ou pas les déplacements, tout au plus nous interdit-elle certaines destinations.
Mais quand la maladie est plus ancienne ou plus handicapante, lorsqu’on est limité dans son périmètre de marche ou ses activités, il faut savoir adapter son trajet et ses activités à son état de santé. Voyage organisé, autotour, hôtel-club, camping,… autant de formules qu’il est possible d’adapter à ses capacités et à un éventuel handicap.
C’est le sujet de cette nouvelle newsletter, qui vous aidera à préparer vos vacances sereinement.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°6 : Le coeur :
L'objectif des rhumatologues aujourd'hui n'est plus seulement de traiter la PR, mais aussi de prévenir ses conséquences, notamment le risque cardio-vasculaire.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°7 : L'activité physique :
L’activité physique démontre toujours ses bienfaits. Après le cœur, l’obésité, le diabète, et d’autres plus ou moins bien connus comme par exemple le cancer du sein, elle s’attaque désormais à la polyarthrite rhumatoïde. Pourtant, jusqu’à peu, on conseillait plutôt aux patients atteints de cette pathologie d’éviter les efforts.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°8 : La douleur :
La douleur est un phénomène en soi dans la polyarthrite rhumatoïde, à la fois indice dans le diagnostic, dans l’évolution de la maladie, mais aussi parfois présente au long cours, accompagnant les actes de la vie quotidienne. Elle est différente d’une personne à l’autre et elle ne se mesure pas objectivement. On ne choisit pas la façon dont on ressent la douleur, elle dépend aussi de l’histoire personnelle de chacun.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°9 : Les examens de suivi de la polyarthrite :
La polyarthrite est une maladie chronique évolutive ; elle évolue par poussées successives, de fréquence, d’intensité et de durée très variables. De même, le risque d’érosion articulaire n’est pas le même pour tout le monde : certaines personnes « détruiront » rapidement leurs articulations alors que d’autres ne les « détruiront » et/ou « déformeront » jamais. C’est une maladie imprévisible, pour laquelle il est encore aujourd’hui difficile d’envisager un pronostic lorsqu’elle se déclare.

Revenir en haut

La newsletter N°10 est un questionnaire de sondage. Il n'est plus actif.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°11 : L'hygiène de vie :
L’Hygiène de vie est une branche de la médecine qui traite de tout ce qu’il convient de faire pour préserver et améliorer la santé. Elle mérite donc une attention toute particulière pour les personnes atteintes de maladies chroniques. L’hygiène de vie définit un ensemble de mesures destinées à préserver la santé, et de fait prévenir un certain nombre de maladies. L’hygiène de vie définit un ensemble de mesures destinées à préserver la santé, et de fait prévenir un certain nombre de maladies. En Europe, les problèmes d’hygiène ne semblent plus apparaître comme essentiels ; nous nous sentons protégés par les progrès de la médecine et nous avons tous le sentiment d’avoir une hygiène suffisante. Pourtant, si la science moderne nous a permis de nous immuniser contre les fléaux d’antan, elle reste parfois impuissante contre certains microbes, et par ailleurs, la transformation de notre environnement et de notre alimentation justifie notre intérêt et notre vigilance.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°12 : Ménager ses articulations :
Les traitements de la polyarthrite rhumatoïde sont aujourd’hui de plus en plus efficaces et permettent désormais de parler de « rémission » complète de la maladie, permettant ainsi une protection maximale des articulations. Cependant, pour ceux ayant une maladie ancienne ou en activité, ménager ses articulations au quotidien fait partie intégrante du traitement, car cela permet d’éviter ou de retarder les déformations ou leur aggravation. Si la mise au repos des articulations atteintes est préférable durant les périodes de poussées, la poursuite des activités quotidiennes et l’exercice physique régulier adapté sont recommandés en dehors de ces périodes douloureuses, car ils permettent de conserver force, souplesse et mobilité.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°13 : Les interactions médicamenteuses :
Les patients atteints de rhumatismes inflammatoires chroniques consultent souvent plusieurs spécialistes en plus de leur médecin traitant. Il y a donc souvent plusieurs prescriptions réalisées en parallèle, avec pour chaque médicament un risque d’interagir avec un autre. On parle d’interaction de médicaments lorsque leurs effets se complètent ou au contraire s’annulent, ou encore risquent d’aggraver les effets secondaires de l’un ou de l’autre.
Cette newsletter fait le point sur les risques d’interactions médicamenteuses qui existent avec les médicaments traditionnellement prescrits dans la polyarthrite rhumatoïde (traitement de fond et traitements

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°14 : L'entourage :
Dans la relation « malade-entourage », force est de constater qu’il n’existe pas de modèle à suivre ou de recettes miracles. Devant la diversité des situations, des symptômes, des traitements, il est parfois difficile pour le malade ou l’entourage de savoir quelle attitude adopter. La littérature que l’on peut trouver sur le sujet concerne surtout les maladies jugées plus « graves » ou les maladies dégénératives, impliquant des aménagements particuliers.
Dans la PR, les jours ne se ressemblent pas, les douleurs et les traitements non plus, on ne se sent pas forcément « malade ». Les informations qui vous sont données ici n’ont pas pour but de se substituer à votre jugement, mais elles peuvent vous apporter quelques éclairages pratiques et des pistes de réflexion.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°15 : La chirurgie :
Pour la personne atteinte depuis peu de temps de polyarthrite rhumatoïde qui cherche à s’informer sur les traitements spécifiques de cette maladie et qui découvre que la chirurgie en fait partie, cela peut être un choc. Et la question se pose inévitablement : devrais-je être opéré un jour ou l’autre ?
La réponse sera évidemment toute en nuances. La majorité des patients n’aura jamais recours à la chirurgie, surtout aujourd’hui où les traitements contrôlent de mieux en mieux l’évolution de la maladie et permettent de prévenir nombre de déformations.
Cependant pour celui ou celle qui y sera confronté(e), les interrogations demeurent et les questions, au niveau personnel, sont parfois éloignées du raisonnement médical, logique, rationnel, mais qui ne prend pas toujours en compte ce qu’il y a d’irrationnel en nous et ce qui touche à notre être profond.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°16 : Polyarthrite et fatigue:
La fatigue est une plainte fréquente des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ; elle a de nombreuses causes, de multiples mécanismes, et nous avons tous une façon particulière de la ressentir, de la décrire et de la gérer.
Une chose est sûre, un traitement bien conduit et efficace, qui diminue l’activité de la maladie, diminue dans les mêmes proportions la fatigue qui l’accompagne. Une relation physiologique existe donc entre polyarthrite rhumatoïde et fatigue, mais il existe d’autres sources de fatigue, parfois moins évidentes : une anémie, un « ras le bol », un manque d’activité physique – paradoxalement –, une dépression,… La fatigue est une plainte fréquente des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde ; elle a de nombreuses causes, de multiples mécanismes, et nous avons tous une façon particulière de la ressentir, de la décrire et de la gérer.
Une chose est sûre, un traitement bien conduit et efficace, qui diminue l’activité de la maladie, diminue dans les mêmes proportions la fatigue qui l’accompagne. Une relation physiologique existe donc entre polyarthrite rhumatoïde et fatigue, mais il existe d’autres sources de fatigue, parfois moins évidentes : une anémie, un « ras le bol », un manque d’activité physique – paradoxalement –, une dépression,...

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°17 : Génétique, maladies auto-immunes et polyarthrite :
Qui ne s’est pas posé la question à l’annonce du diagnostic, « D’où vient cette maladie auto-immune ? ». Aujourd’hui encore, malgré l’identification de nombreux facteurs génétiques liés à ces maladies, on ne sait pas encore exactement ce qui les déclenche.
L’environnement a un rôle à jouer, dans la polyarthrite comme dans d’autres maladies auto-immunes ; mais même si l’on ne connaît pas exactement le rôle de ces facteurs génétiques, chaque avancée effectuée dans la compréhension des mécanismes de la maladie est un pas vers un traitement efficace.

Revenir en haut

arthrite_rhumatisme_alimentation_douleur NewsLetter n°18 : Facteurs de risques :
Quand on parle de facteurs de risques liés à la PR, on peut entendre, soit les risques liés à la maladie, soit les risques liés aux effets indésirables des traitements. La PR est une maladie chronique, mais si elle se complique moins aujourd’hui au niveau articulaire, si l’on arrive à un taux de 30 % de rémission, il n’en reste pas moins qu’elle peut engendrer des complications d’un autre ordre, moins douloureuses et plus silencieuses. Les rhumatologues sont aujourd’hui très attentifs à ces complications et on sait de mieux en mieux les prévenir.

Revenir en haut